Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Les enquêtes guidées et sélectives de Ziari et Belkhadem

Publié par The Algerian Speaker sur 5 Avril 2011, 07:53am

Catégories : #Les chroniques de Mustapha Hammouche

Pour faire la lumière “sur les tenants et aboutissants de la crise” — entre autres les émeutes de janvier dernier —, le FLN a demandé la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire “sur la pénurie des produits alimentaires de large consommation”.
Et comme le veut le parti majoritaire de l’APN, les investigations se limiteront à “toutes les parties concernées, notamment les secteurs des finances, de l’agriculture et du commerce ainsi que les opérateurs activant dans le domaine”.
Voici, donc, une commission qui devra enquêter non sur les causes des émeutes, celles-là étant du point de vue du FLN, établies, mais sur la manière dont a été organisée la pénurie. Passons sur le déficit conceptuel qui fait que le parti unique ne soit pas encore adapté au contexte de marché et qu’il ne fasse pas encore la différence entre une augmentation de prix et une pénurie, non-sens en économie ouverte.
En tout état de cause, ce qui intéresse l’appareil dirigé par Belkhadem n’est pas la réalité des faits. L’objectif est, d’une part, de poser le postulat que les Algériens ne peuvent manifester que mus par le désir de satisfaire un besoin physique, et, d’autre part, de faire accroire la thèse d’un complot visant à affamer les Algériens et à les pousser au soulèvement contre un pouvoir auquel ils ne font aucun reproche, par ailleurs.
En d’autres termes, la commission d’enquête va exister le temps qu’il faudra pour faire mousser l’idée que les premières émeutes de l’année laissent supposer des responsabilités à rechercher en dehors du régime, “dans les finances, l’agriculture, le commerce et parmi les opérateurs”.
C’est toute la responsabilité sociale de l’État qui est ainsi transférée à des        “secteurs” d’activité, sans précision du niveau de gestion de ces secteurs, et à “des opérateurs” !
Mais puisque les seules commissions qui réussissent à voir le jour sont celles initiées par le FLN et que toutes les conclusions finissent au cimetière des enquêtes parlementaires, gageons que cette opération ne fait que participer à la démarche globale d’un régime qui n’a que l’unique souci de durer : nous faire passer le temps.
Un temps qui semble ne pas passer au FLN, puisqu’il compte enquêter sur des troubles survenus il y a trois mois et une “pénurie” qui n’est plus à l’ordre du jour. La colonisation à criminaliser, est-ce déjà si loin qu’il faille trouver des ennemis de la nation moins dépassés ?
Où, donc, une assemblée et un parti enquêteurs qui enterrent les résultats de leurs enquêtes, comme celle qui a porté sur la fraude électorale, trouvent-ils encore la légitimité et le culot de repartir ainsi, tambour battant, à la recherche d’une soi-disant vérité ?
Parce que l’augmentation occasionnelle du prix du sucre menace l’Algérie bien plus que les détournements, les malversations et corruption généralisée, l’auguste Assemblée a refusé la proposition de mise en place d’une commission d’enquête sur la corruption ! Pire : la représentation nationale s’investit dans une enquête sur l’augmentation des prix après s’être opposée à une investigation sur l’accroissement du nombre de suicides ; est-ce à dire qu’il lui est plus supportable de voir les Algériens se tuer que de les voir manifester ?

M. H.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents